Est-ce que cela a encore un sens d’acheter une voiture à essence ou diesel ?

Les dés sont jetés. À partir de 2035, la vente de voitures à moteur thermique sera interdite en Europe. Ce qui signifie la suppression définitive d’une technologie qui a assuré notre mobilité pendant un siècle. Le consommateur a-t-il encore un quelconque intérêt à acheter une voiture à essence ou diesel ? Ou vaut-il mieux passer directement à la voiture électrique ?

L’avantage de la décision européenne, c’est qu’elle est claire : on ‘retire la prise’ des moteurs thermiques et on la met dans les voitures électriques, définitivement, à partir de janvier 2035. Ce qui laisse au consommateur et à toutes les parties concernées une période de transition de 13 ans.

Mais que décider en tant que particulier si on doit acheter une voiture à court terme ? Le prix d’une voiture électrique peut être un énorme frein et les infrastructures de charge ne sont pas tout à fait au point. SI on se décide par contre pour un modèle à moteur thermique, pourra-t-on encore le revendre par la suite ? Voici trois constats pour y réfléchir plus sereinement.

1. En moyenne, le belge garde sa voiture 9,5 ans

Si vous achetez une voiture à moteur thermique aujourd’hui, vous pourrez donc l’utiliser ‘jusqu’au bout’ et passer à un modèle électrique au début de la prochaine décennie. À ce moment-là, ce sera plus abordable grâce à des batteries plus efficaces et moins chères, tandis que la valeur résiduelle de votre ancienne voiture jouera un rôle moins important après une si longue période d’utilisation.

La Wallonie bannit également progressivement la conduite de vieux modèles thermiques pour devenir une zone à basses émissions.

À partir de l’année prochaine, la région wallonne bannira chaque année de ses routes une nouvelle norme Euro, en commençant par la norme Euro 1 en 2023. La Wallonie, à l’instar de villes comme Bruxelles, Gand et Anvers, deviendra à terme une grande zone environnementale. Un point positif : les nouvelles voitures qui répondent à la norme Euro actuelle (Euro 6d Temp) sont totalement exemptées pour l’instant, et des exceptions s’appliquent également aux ancêtres.

Le gouvernement flamand, quant à lui, veut interdire la vente de voitures à essence et diesel dès 2029, soit six ans plus tôt que l’Union européenne. À une condition cependant : les modèles électriques ne pourront pas être plus chers que les voitures à moteur thermique. Reste à déterminer s’il est juridiquement possible pour une région d’appliquer des mesures avant l’Europe, mais il est certain que cela accélérerait psychologiquement le passage à la conduite électrique. La Flandre, par contre, n’interdit pas de circuler avec des voitures thermiques.

2. L’échéance ne concerne pas marché de l’occasion

Une parenthèse importante puisque la voiture d’occasion thermique achetée aujourd’hui, trouvera encore un débouché économique plutôt que de terminer à la casse.

En outre, la plupart de nos vieilles voitures finissent à l’étranger ou sur des marchés d’outre-mer, où l’échéance n’est pas prévue avant 2040 ou n’existe tout simplement pas encore. Ces débouchés laissent donc encore une marge de manœuvre pour la revente.

3. Neuf voitures électriques sur dix destinées aux entreprises

En raison des avantages fiscaux et de la suppression des primes pour les automobilistes privés, le marché belge des voitures électriques est actuellement dominé par les entreprises. Cependant, des perspectives se profilent pour les particuliers, vu que les constructeurs automobiles se concentrent de plus en plus sur la fabrication de modèles électriques plus abordables.

Les voitures d’occasion aussi bénéficient d’avantages fiscaux

Un marché d’occasion pour des voitures électriques à des prix plus intéressants se dessine peu à peu. La bonne nouvelle : tout comme les modèles neufs, les voitures électriques d’occasion sont exonérées de la taxe de mise en circulation. Quant à la taxe annuelle de circulation, elle est minime à Bruxelles et en Wallonie, et supprimée en Flandre. Gardez toutefois à l’esprit que les premières générations de voitures électriques n’ont pas autant d’autonomie (environ 150 à 250 kilomètres). 

Faut-il dans ce cas passer d’office à l’électrique ?

Pas nécessairement. Certains arguments plaident encore en faveur de l’achat d’une nouvelle voiture à moteur thermique. Car, en plus du prix d’achat élevé de la voiture électrique, le passage à la conduite électrique est encore complexifié pour certains automobilistes par des problèmes de recharge. Les citadins et les habitants d’immeubles n’ont en effet que peu ou pas d’accès à des stations de charge domestiques.

L’étau se resserre inexorablement

Le message de l’Europe ne peut pas être ignoré : malgré quelques prolongations, l’étau se resserre inexorablement. Ainsi, ceux qui peuvent se le permettre financièrement, qui parient sur l’avenir et qui, tout particulièrement, veulent rentabiliser leurs panneaux solaires, peuvent se lancer : montez à bord et branchez-vous sur le courant.

Plus d’infos ? N’hésitez pas à passer chez votre agent Crelan pour un prêt voiture avantageux. Ou cliquez ici. Nous proposons des tarifs particulièrement intéressants pour les voitures électriques neuves.

Le prêt voiture Crelan, un bon plan.
Élu ‘Meilleur du Test’ du Prêt nouvelle voiture par Test-Achats

La nouvelle mobilité entraîne de nouvelles demandes. Nous passons en revue les 5 questions les plus fréquentes sur la conduite électrique. Consultez-les et préparez-vous à revoir votre jugement, car l’appréhension suscitée par les voitures électriques n’a pas lieu d’être.

Formule de crédit : prêt à tempérament pour l’achat d’une nouvelle voiture. Prêteur : CrelanCo SC, boulevard Sylvain Dupuis 251, 1070 Bruxelles. Attention, emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent.

Disclaimer : Les informations contenues dans cette publication constituent un commentaire général sur la situation financière actuelle et ne doivent pas être considérées comme un conseil ou une recommandation concrète en matière de produits financiers.