Une maison de vacances : sauter le pas ou continuer de rêver ?

Vous rentrez tout juste de vacances, mais si ça ne tenait qu’à vous, elles auraient bien pu s’éterniser. Vous n’attendez qu’une seule chose : retrouver ce petit appartement à la mer, de préférence avant votre retraite ? Vous avez économisé et souhaitez investir dans quelque chose dont vous pourrez profiter ?

Le moment est peut-être venu d’envisager l’achat d’une maison de vacances.

Savoir ce que l’on veut est évidemment essentiel.

  • En Belgique ou à l’étranger ?
  • Achèterez-vous en famille, avec des amis ou seul ?
  • Nouvel appartement ou bungalow dans un village de vacances ?
  • Voyez-vous cet investissement comme un pur produit de luxe ou espérez-vous en tirer un rendement intéressant ?
  • La mise en location de votre appartement en haute saison vous permettra-t-elle de récupérer vos frais annuels ?

Suivez ces principes généraux : en pleine euphorie de vacances, ne vous laissez pas avoir par un achat impulsif. Rentrez chez vous, parlez-en à votre partenaire, votre famille et vos amis. Renseignez-vous correctement et accordez-vous plusieurs jours de réflexion. Vous êtes toujours convaincu de faire le bon choix ? Faites une offre. L’agent immobilier évoquera sans doute un autre candidat, sur le point d’offrir le prix demandé... Vous verrez bien.

Quoi qu’il en soit, prenez toujours ces quelques points en considération.

1. Législation

Vous préférez le climat à l’étranger à celui de la côte belge ? Tenez compte des différences de législation et faites appel à un conseiller neutre capable de suivre votre dossier à l'étranger, a fortiori si le logement que vous convoitez n’est pas encore construit et vous est présenté sur plan. Ces dépenses supplémentaires vous éviteront certainement de nombreux frais et soucis par la suite. Mais même un achat dans son pays n’est pas la garantie d’une transaction sans accroc. Consultez un notaire. Vous aurez de toute façon besoin de lui lors de l’acte, mais vous pourrez aussi lui demander de relire le compromis dit « provisoire ». Ne vous laissez d’ailleurs pas avoir par ce terme : une fois le contrat signé, la vente est définitive ! C’est également à ce moment que commence le délai de quatre mois durant lesquels vous devez payer les droits d’enregistrement.

2. Frais annuels

Quelles seront les taxes annuelles inhérentes à votre résidence secondaire ? Sachez qu’elles peuvent varier en fonction de la commune, voire au sein de celle-ci ! Les taxes sont, par exemple, plus élevées à Coxyde qu’à Knokke. Tenez aussi compte du précompte immobilier et de l’impact sur vos impôts des personnes physiques.

Vous envisagez l’achat d’un appartement ? Attendez-vous à de nombreux frais : syndic, fonds de réserve... Le bâtiment fera-t-il bientôt l’objet de gros travaux ? Renseignez-vous toujours en parcourant les procès-verbaux de l’Assemblée générale, étudiez l’acte de base et le règlement d’ordre intérieur : qui voudrait devoir se séparer de son animal de compagnie pendant les vacances ? Si les frais annuels équivalent à un mois de périple autour du monde, remettez votre achat en question.  

Il n’est pas toujours évident d’évaluer les frais annuels d’une maison ou d’un appartement à l’étranger. Intéressez-vous de près aux règles fiscales du pays concerné avant de vous lancer. Tenez compte des frais invisibles, comme la suppression partielle des avantages fiscaux sur votre première habitation en Belgique.

3. Rendement

Pourrez-vous louer facilement votre habitation de vacances ou sa situation, loin du centre, n’est-elle finalement pas si intéressante que cela ? Renseignez-vous auprès des agences de location de la région. Les règles Airbnb diffèrent d’une commune à l’autre, voire d’un quartier à l’autre. Quoi qu’il en soit, attendez-vous à des tracas supplémentaires du côté de votre déclaration fiscale. 

Vous pouvez aussi augmenter votre rendement en faisant preuve de créativité. Pourquoi ne pas louer votre bien à des membres de votre famille ou à des connaissances contre une rémunération en nature (un beau fauteuil ou un nouveau téléviseur, par exemple) ?

Autre possibilité : l’échange de maisons. Rien de tel pour exploiter sa résidence de vacances. De quoi profiter de tous les avantages, sans les inconvénients d’une maison à un seul endroit. Les Américains rêvent de passer leurs vacances dans une maison en Provence. L’idéal pour économiser un sacré montant sur un voyage aux États-Unis. Un rendement plutôt intéressant, n’est-ce pas ? L’inscription sur un site d’échange de maisons ne coûte qu’une centaine d’euros par an, parfois assurances comprises.

4. 4. Performance énergétique

Quel est le niveau de performance énergétique de l'habitation ? Demandez le score PEB :  il est obligatoire non seulement en Belgique, mais aussi en Europe. Si l’habitation n’est pas assez économe en énergie, vous vous exposez à des frais ultérieurs qui peuvent rendre l'investissement plus onéreux. Tenez compte du niveau de performance énergétique dans vos négociations du prix.

5. Plus-value

Envisagez-vous d’apporter une plus-value à l’habitation en la rénovant ou préférez-vous un appartement clé en main pour profiter au plus vite de votre retraite bien méritée ?

Généralement, « clé en main » veut dire « facilement quantifiable ». Quiconque s’est déjà frotté à une rénovation sait pertinemment qu’il est plus difficile d’établir un budget. Une rénovation à l’étranger peut paraître intéressante (les vieilles bâtisses se négocient à des prix dérisoires), mais comment évaluer le coût des travaux ? Connaissez-vous suffisamment la langue pour pouvoir établir et soumettre un dossier de rénovation auprès de l’administration locale ? Pour discuter des problèmes d’évacuation des eaux usées, de voltage ou de l’isolation du plafond avec les ouvriers ? À ce propos, qui contrôlera l’avancement des travaux en votre absence ? Prendre une année de vacances pour assurer la supervision du chantier, c’est tirer un trait sur la plus-value que vous vouliez créer. Soyez-en conscient : votre projet de rénovation vous rapportera, certes, une nouvelle maison, mais aussi un nouveau passe-temps (très chronophage).

6. Évolution des prix

Comment les prix évoluent-ils dans la région ? Existe-t-il un projet de nouveau parc récréatif ou de café dansant dans le quartier ?

7. Budget

Quel budget comptez-vous effectivement allouer à cette seconde résidence ? Souhaitez vous y consacrer vos fonds propres ou un prêt sera-t-il nécessaire ? Cette dernière possibilité peut se révéler avantageuse, car elle vous permettra de garder de l’argent de côté pour faire face aux imprévus. Dans certains cas, vous pourrez même réutiliser une partie de votre hypothèque déjà remboursée, sans frais de notaire.

Explorez toutes les possibilités et calculez ce que votre budget vous permet de faire !

Vous l’aurez compris : acheter une seconde résidence nécessite de s’informer correctement au préalable. Avant de vous lancer dans la recherche, consignez toutes vos attentes pour éviter un achat impulsif. Mais ne vous laissez pas non plus décontenancer. Parfois, il faut simplement sauter le pas et... en profiter !